Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

2014 07 05 - Nuit des églises à Tagolsheim

La paroisse saint Léger a participé à la « nuit des églises »

Après la paroisse saint Augustin de Spechbach-le-Bas en 2012, c’est la paroisse saint Léger de Tagolsheim qui a décidé de participer à la « nuit des églises ».

Cette manifestation, créée en 2011 à l’initiative du service national de la pastorale du tourisme de la conférence des évêques de France, a pour objectif d’inciter les paroisses de France, le 1er samedi du mois de juillet, à « ouvrir les portes de leurs églises ».
Ouvrir les portes, c’est (au sens premier) garder ce soir-là l’église ouverte.
Mais au-delà de cela, c’est inviter les habitants à découvrir (ou redécouvrir) l’histoire religieuse de leur commune et de présenter les « trésors » (patrimoniaux, liturgiques, architecturaux) de la paroisse.
C’est enfin permettre à tout un chacun de se rendre compte que, à travers une multitude de « petites choses », une église paroissiale est un lieu où vit, depuis des siècles, une communauté humaine réunie autour d’une même foi.
L’église (avec un « e » minuscule) paroissiale est le lieu privilégié (même s’il n’est pas l’unique) où vit l’Église (avec un « E » majuscule).

Ces objectifs ont été pleinement remplis en l’église saint Léger. Exposé historique, expositions de photos, diaporama, prestations d’organistes et de violoncellistes, concert spirituel d’une chorale, veillée de prière : autant d’actions qui ont permis, durant 3 heures, à des dizaines de personnes de se rendre compte de la ferveur religieuse qui, depuis des siècles, se manifeste à Tagolsheim.
------------------------------------------------------------------------------




------------------------------------------------------------------------------
Article de Danièle MARTIN paru le lundi 07 juillet 2014 dans ‘L’Alsace »

Histoire, musique et prières pour la « Nuit des églises »

Belle affluence, ce week-end, pour cette « Nuit des églises » à Tagolsheim. Conduit à l’intérieur de l’église par un chemin de lumières placées tout au long de l’escalier extérieur, le public a notamment pu assister à une captivante visite guidée.
La première mention d’une église à Tagolsheim remonte à 1285. Placé sous le patronage de saint Léger, le bâtiment actuel a été construit en 1752, puis agrandi en 1832. Endommagée par un obus pendant la Grande Guerre – deux cloches et une partie des tuyaux de l’orgue ont été fondus pour servir de munitions – l’église avait été rénovée après le conflit. Le toit du clocher a, lui, été restauré en 2010. Des éléments intéressants de ce patrimoine religieux et communal ont été précisés par Philippe LACOURT, membre de la société d’histoire sundgauvienne et Maurice SCHMITT, ancien instituteur du village. L’ancien monument aux morts en bois surmonté d’une statue de Jeanne d’Arc a été exposé, le tableau représentant saint Léger explicité, ainsi que les sculptures en bois des quatre évangélistes qui figuraient sur la chaire. Un diaporama ainsi que des photos complétaient cette information. François EHRARDT au violon, Geneviève EHRARDT au violoncelle, ainsi que Cécile GUTZWILLER et Marguerite LAUBER à l’orgue ont ensuite proposé un concert apprécié par l’auditoire. La chorale « Sans Souci » de Luemschwiller accompagnée par la chorale paroissiale de Tagolsheim a interprété des chants religieux, belle transition entre l’exposé historique et la veillée qui a clôturé cette manifestation.
------------------------------------------------------------------------------





-----------------------------------------------------------------
Article de FC paru le lundi 07 juillet 2014 dans les « Dernières Nouvelles d’Alsace »

Visite culturelle à l’ancien village de Rollingen

Le président du conseil de fabrique de l’église de Tagolsheim, Pierre WERTH, a accueilli un flot régulier de fidèles mais aussi de curieux pour la manifestation « Nuit des églises ».
Les historiens locaux, Maurice SCHMITT et Philippe LACOURT, ont guidé les visiteurs à l’extérieur et dans l’église saint Léger, plusieurs fois agrandie et bâtie à l’origine dans le village disparu de Rollingen. Il ne reste qu’un bénitier scellé dans la pierre comme vestige de la petite église originelle, la partie la plus récente date de 1832, la tribune y a été rajoutée et un orgue installé.

De nombreuses richesses présentées
Cet instrument a connu lui aussi plusieurs transformations avant de connaître sa facture définitive. De nombreuses richesses ont été présentées dont l’ancien monument aux morts en bois, lors de cette visite très bien documentée. Cette dernière a été accompagnée musicalement par un trio composé de Cécile GUTZWILLER à l’orgue, de François EHRARDT au violon et Geneviève EHRARDT au violoncelle ainsi que la chorale « Sans Souci » de Luemschwiller.