Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Un homme envoyé par Dieu (16/12/2017)

16 décembre 2017

Billet de spiritualité d'Agnès von KIRCHBACH paru le samedi 16 décembre 2017 dans les pages "religion & spiritualité" du quotidien chrétien national "La Croix"

 Un homme envoyé par Dieu

Comment savoir qu’une personne est envoyée par Dieu ? À quel signe le reconnaître ? Existe-t-il une accréditation permettant de s’en assurer ? Notre esprit demande des vérifications. La naïveté, dans ce domaine, a fait trop de victimes. Les extrémistes de tous genres comptent sur la force idéologique de leur discours. Au nom de Dieu, ils entraînent vers des actions destructrices de la vie humaine. Cela peut prendre des formes diverses : démolition de bâtiments ou d’œuvres artistiques ; aliénation de soi au profit d’un maître ou d’un groupe ; attaques verbales ou physiques d’autrui. Des usurpateurs ont toujours existé, dans toutes les cultures, dans toutes les religions.

Pour s’assurer de ne pas être victimes de prétentions mensongères, les gouvernements ont mis en place les mandats des ambassadeurs ; les entreprises définissent les missions de leurs employés ; l’Église atteste à travers des lettres qu’elle confie telle ou telle tâche à des personnes précises. Mais quand il s’agit de Dieu, quel signe de reconnaissance peut habiliter quelqu’un à parler au nom de l’Éternel ?

L’Évangile de Jean nous entraîne dans cette interrogation en présentant, dès le prologue, la figure de Jean le baptiseur : « Un homme envoyé de Dieu ». Comment accueillir une telle affirmation ? D’ailleurs, par qui nous parvient-elle ? Qui est ce narrateur qui nous parle ainsi ? S’agit-il d’une information (non vérifiable du reste) ou d’une proposition pour avancer dans notre foi ?

Souvent, nous lisons ces versets bibliques tellement vite que nous ne remarquons même pas la problématique spirituelle d’une telle proposition. Elle provoque le lecteur que je suis. Elle demande que j’interroge ma foi. Elle exige que je relise la tradition biblique. Elle m’oblige à m’arrêter pour trouver dans mes expériences personnelles et dans les expériences du peuple de Dieu dans son ensemble des clés d’interprétation.

« Un homme envoyé par Dieu. » La Bible nous en présente un bon nombre. Habituellement, ces hommes sont suscités en temps de crise. Aux temps d’oubli ou de paresse. Aux temps où la bienveillance de Dieu l’emporte sur son désaccord avec nos manières de faire. Le message de ces envoyés tranche avec le discours ambiant. Ils ne cherchent pas une promotion d’eux-mêmes. Leurs paroles secouent. Ils annoncent quelque chose de neuf ; quelque chose d’inhabituel.

Jean le baptiseur fait bien partie de cette lignée de prophètes. Il ne désire pas attirer le regard sur lui-même. Ce qu’il comprend de sa mission ? Témoigner d’un Autre que lui ; amplifier une nouvelle qui a déjà résonné au temps passé, au temps où il fallait trouver, dans le désert, un chemin de fidélité à Dieu. Beaucoup de contemporains de Jean reconnaissent en lui un porteur de cette espérance qui a tant marqué l’histoire de leurs ancêtres. Dieu prendra en compte l’impossible fidélité de son peuple. Il accomplira lui-même l’alliance à laquelle il convoque sa création. Il aidera. Il guérira. Même si on ignore le comment de son action.

Bien entendu, parmi les auditeurs de Jean il y a des sceptiques. Il y a aussi ceux qui sont installés dans le fonctionnement de la religion dont ils détiennent le pouvoir. Ces derniers envoient des enquêteurs. Mais à toutes leurs questions, Jean répond « non ». Impossible donc de lui reprocher de poursuivre, secrètement, un intérêt personnel quelconque.

« Témoin de la lumière », dit l’évangéliste. Pour que tous retrouvent le chemin de la foi. Ce chemin demande que chacun de nous s’engage. On ne peut capter le Dieu biblique à travers des savoirs. On ne peut pas non plus l’imposer à autrui en faisant de ses propres expériences le filtre d’adhésion proposé à ceux qui sont en recherche. Mais comme Jean Baptiste, nous pouvons renvoyer à celui qui se tient au milieu de nous et que nous connaissons encore si peu. Un Dieu qui aidera. Un Dieu qui guérira. Mais de manière si inattendue : à travers le Christ Jésus.

 

Agnès von KIRCHBACH

kirchbach agnès von 201612123.jpg

 

 

 

<< Go back to list