Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Rupture de contrat (07/10/2017)

7 octobre 2017

Billet de spiritualité d'Agnès von KIRCHBACH paru le samedi 07 octobre 2017 dans les pages "religion & spiritualité" du quotidien chrétien national "La Croix"

Rupture de contrat

Parfois, cela se passe bien. Mais souvent, les rapports entre un locataire et son propriétaire se dégradent au fil du temps. Soit le propriétaire n’entretient pas suffisamment le bien loué, soit le locataire abîme le bien ou ne s’acquitte pas des charges locatives qui lui incombent. Les agences immobilières, les cabinets d’avocats et les tribunaux saisis pour ce type d’affaires en connaissent toutes les variantes possibles. Un contrat en tant que tel ne peut pas offrir un cadre capable d’éviter de tels abus.

Jésus se trouve au Temple de Jérusalem nous rapporte Matthieu. Il y enseigne, mais les dirigeants des lieux, grands prêtres et anciens, l’interrompent : ils exigent que Jésus précise en vertu de quelle autorité il prend la parole dans un lieu qui se trouve placé sous leur responsabilité. Et la réponse de Jésus les coince. Car Jésus, comme préalable à son explication, leur pose publiquement une question qui les embarrasse : « Dieu s’est-il manifesté ou non à travers le ministère de Jean-Baptiste ? » (Mt 21, 25). Pour ne pas perdre l’estime du peuple et après avoir réfléchi entre eux, les dirigeant du Temple préfèrent alors se tirer d’une situation délicate pour eux en prétendant ne pas connaître la réponse : « Nous ne savons pas » (Mt 21, 26).

Il est important d’avoir cela présent à l’esprit pour mieux comprendre la parabole proposée par Jésus à ces auditeurs plutôt malveillants. En effet, comment s’adresser à eux pour sortir d’une opposition frontale ? Comment permettre à des hommes arcboutés sur leur jugement de prendre de la hauteur de pensée ? Comment les inviter à réfléchir à frais nouveaux sur le lien que le Seigneur entretient avec son peuple ? Dieu est libre. Et il se manifeste librement. Même loin des institutions ecclésiales, du culte établi en son honneur, et des attentes ou des désirs de ses prétendus disciples.

L’histoire racontée par Jésus met en scène un propriétaire terrien. Celui-ci s’emploie à mettre tout en œuvre pour que son domaine viticole soit exploité dans les meilleures conditions. Puis, il confie l’exploitation à des vignerons.

L’auditeur est surpris par la tournure que prend ensuite le récit. Le paiement de la mise à disposition de la vigne est refusé et les intendants, envoyés pour percevoir au nom du propriétaire la part qui lui revient, sont maltraités voire tués. Pourtant, de son côté, le propriétaire de la vigne reste confiant et estime que les vignerons adopteront une attitude respectueuse du contrat s’il leur envoi son fils. Mais sa confiance est mal placée car cet ambassadeur de qualité ne parvient pas à susciter en eux un quelconque changement de comportement : lui aussi est molesté, expulsé hors du domaine et tué.

Et la parabole s’arrête là. Mais pas l’entretien de Jésus avec les grands prêtres et les anciens. Comment pensent-ils que l’histoire continuera, leur demande le Christ. Que se passera-t-il au retour du propriétaire ? La réponse est facile à trouver, et les grands prêtres la donnent : les vignerons seront sanctionnés, leur contrat rompu et le propriétaire donnera l’exploitation à d’autres vignerons.

À travers ce procédé, les adversaires du Jésus participent activement à la construction de la trame narrative de la parabole. Mais surtout, ils sont ramenés à leur propre quotidien, à leur propre histoire. En effet, Jésus les renvoie aux Écritures, ce « lieu » où ils excellent en connaissances et où ils puisent, pour autrui, les prescriptions et règles à observer. Pourtant, en scrutant à la loupe les Écritures, ont-ils vraiment compris ce que le Seigneur cherche, son projet pour les hommes ? Connaissent-ils vraiment la volonté de Dieu : porteur du fruit, à la gloire du Créateur ? Face à la rupture contractuelle, dit Jésus, Dieu n’hésite pas à changer de vision : un autre peuple sera appelé à recevoir le Royaume.

La lecture de ce passage de l’Évangile est exigeante pour nous qui l’avons entendu. Admettons-nous que nous pourrions être de ceux qui supportent mal l’autorité du Christ dépassant la nôtre ? Admettons-nous que nous habitudes de vouloir tout diriger privent le Maître de la vie de ce chant de louange qu’il attend d’une humanité enfin réconciliée ?

Dieu se fait Parole au milieu de nous, visage et clarté, chemin et compagnon de route. Le Temple véritable, celui où Dieu manifeste sa présence, n’est pas localisable dans un bâtiment, fût-il prestigieux. Mais en Celui qui tient sa vie entière du père unique et qui rejoint les pauvres, les petits en esprit.


Agnès von KIRCHBACH

kirchbach agnès von 201612123.jpg

<< Go back to list