Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Lazare, Jésus, les disciples et la mort (01/04/2017)

1 avril 2017

Billet de spiritualité d'Agnès von KIRCHBACH paru le samedi 1er avril 2017 dans les pages "religion & spiritualité" du quotidien chrétien national "La Croix"

Lazare, Jésus, les disciples et la mort

La maladie ? Impossible de ne pas en faire l’expérience. Elle ne demande aucune autorisation, elle s’infiltre dans notre quotidien, et fait perdre l’équilibre habituel des forces physiques et psychiques. Elle soumet le corps et affecte notre manière d’être au monde. Se pose évidemment la question du traitement en tant que tel. Mais une autre interrogation apparaît également : qui aimerais-je voir prendre soin de moi ? Qui est-ce que j’autorise à me rendre visite ? Qui est-ce que je supporte autour de moi quand tout va mal ?

Toute situation de faiblesse jette une lumière particulière sur la diversité des relations du quotidien. On n’a pas envie de voir arriver dans sa chambre les collègues de travail ou ceux qui sont inscrits dans le même club de loisirs. Parfois, même le jeu des enfants ou le son de la télévision semblent trop bruyants. À qui je me fie en situation de détresse, en situation de faiblesse ?

Lazare est malade. Ses sœurs l’entourent. On espère le rétablissement de sa santé. Mais ce qui compte le plus en ce temps incertain, c’est le lien à Jésus. Il est leur ami. Ou plus précisément : Jésus lui-même s’est attaché à eux.

Rarement les Évangiles qualifient le lien entre Jésus et d’autres personnes par cet attachement réciproque : une amitié. Encore plus étonnant, la remarque concernant la réaction de Jésus face à l’absence de Lazare au foyer familial : il pleure.

Pourtant, le début du récit évangélique a laissé entendre une réaction incongrue de la part de Jésus. Quand il apprend que Lazare est malade, il ne se précipite pas au domicile de ses amis.

Il continue sa route calmement, annonçant au passage l’issue de la maladie. Lazare mourra avant leur arrivée à Béthanie. Pourquoi ce comportement bizarre, incompréhensible, s’il s’agit vraiment d’amis ? Trois entretiens structurent le récit. Tout d’abord Jésus s’adresse à ses disciples. Il leur parle de la mort de Lazare d’une manière énigmatique. Cette mort révèlera la force divine. Elle rendra manifeste le lien invisible entre Dieu et son Envoyé. Là où se trouve Dieu, la vie triomphe. Elle peut être relevée par lui et pour lui. Malgré tout.

Pour Jésus et ses disciples, gagner le domicile de Lazare, près de de Jérusalem, signifie s’exposer à la menace d’exécution qui, depuis un moment, pèse sur Jésus. Personne n’est dupe. Thomas ne dit-il pas courageusement : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! ». La connexion entre la mort de Lazare, la mort de Jésus et la mort des disciples interroge le lecteur : que va-t-il se passer ?

Ensuite, il y a les deux rencontres : Marthe d’abord, puis Marie. Elles souffrent. Leur impuissance les pousse à faire des reproches à Jésus : n’aurait-il pas pu intervenir comme un thaumaturge de dernière minute ? Le Christ ne répond pas à ces critiques. Mais il les interroge chacune pour sa part. Ses questions, ses affirmations obligent Marthe à quitter les formules habituelles et les attentes convenues de la religion. Elle ose confesser la foi autrement. En Jésus, la force de la résurrection éclate dès à présent. Grâce au Christ, Marthe se relève. Tout comme Marie.

L’heure est arrivée. Jésus l’avait annoncée : les morts entendront la voix du Fils de Dieu et ceux qui l’auront entendue vivront (Jn 5, 25). À l’appel de Jésus, Lazare sort de la mort. Mais il aura besoin d’aide. Il ne peut se délier lui-même de ce qui le tient ligoté. Avec autorité, Jésus s’adresse à la famille et à la foule pour leur confier une mission : détacher les liens qui empêchent de vivre librement. Défaire les nœuds du péché, enlever les chaînes de la culpabilité, soigner les morsures de la mort, payer le prix de la paix. Au nom du Christ.

C’est notre tâche, à nous aussi !

Agnès von KIRCHBACH

kirchbach agnès von 201612123.jpg

 

<< Go back to list