Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

"Ecoutez-le !" (05/08/2017)

5 août 2017

Billet de spiritualité de Daniel DUIGOU paru le samedi 05 août 2017 dans les pages "religion & spiritualité" du quotidien chrétien national "La Croix"

 « Écoutez-le ! »

Cette nouvelle page de l’Évangile de Matthieu est, en quelque sorte, une poésie. La forme littéraire la plus adaptée pour exprimer ce qui ne peut se réduire à des mots. À travers la re-présentation d’une vision, il s’agit d’abord de faire « entendre » du sensible. Avec cette transfiguration de Jésus, nous sommes dans le registre de la révélation, un moment très fort, un sommet de l’existence lorsque d’un seul coup une « vérité » s’impose. Il est inutile de chercher à quel moment historique l’événement s’est produit ; l’important est qu’il y a bien eu « événement », Matthieu nous le reproduit en essayant à sa façon d’être le plus fidèle à cette vérité-là.

Mais les mots utilisés pour dessiner les images poétiques ont aussi un sens propre ; Matthieu les choisit pour faire passer des messages. « Six jours après », « une haute montagne », « il se transfigura », « brillant comme le soleil », « blancs comme la lumière », « Moïse et Élie », « trois tentes », « une nuée », « le Fils de l’homme », etc. : voilà tout un vocabulaire symbolique puisé dans l’Ancien Testament.

Premièrement, nous sommes dans un registre apocalyptique qui nous renvoie à une fin des temps qui est déjà en train de se réaliser. À nous de le « voir » (de le décrypter dans notre actualité), dans un « ici et maintenant ». Deuxièmement, Jésus accomplit la prophétie, le salut de l’homme. C’est lui, « le Fils bien-aimé ». À nous de vivre cet accomplissement avec lui, aujourd’hui. Mais comment ?

En préférant le mode poétique à partir de mots à décoder (un décodage facile à l’époque de Matthieu, mais beaucoup moins évident pour nous, femmes et hommes du 21ème siècle, dans une autre culture), Matthieu veut nous permettre « d’entendre », nous aussi, dans notre propre vie, ce qui semble être in fine la principale parole à retenir de cette révélation : « Écoutez-le ! » Entendre, nous aussi, à la place de Pierre, Jacques et Jean. Mais qui est ce « nous aussi » aujourd’hui ? Nous, c’est bien sûr chaque baptisé, mais aussi l’Église en tant qu’institution.

D’abord, « écoutez-le ! » c’est « comprenez ce qu’il vous dit » dans le réel de ce qui fait le monde du 21ème siècle, dans ses nouvelles aspirations et nouveaux modes de vie. Car c’est dans l’aujourd’hui de notre temps que Jésus nous parle, à travers les pauvres de notre société, en quête de sens et de reconnaissance. Ils sont « l’autre », celui vers qui l’Église doit aller pour l’aider à vivre son humanité, si elle veut être « le sel de la terre ». Un nouveau travail de discernement est à faire, face au monde en pleine transformation. Mais un discernement qui passe par un changement de regard. C’est aussi ça, discerner. Comprendre suppose de regarder avec des yeux différents d’hier pour discerner la nouveauté de la vie et l’accueillir. Avec une nouvelle grille de lecture. Discerner, n’est-ce pas alors faire preuve d’amour vis-à-vis de ce monde en train de naître ?

Ensuite, « écoutez-le ! » c’est aussi « intégrer l’appel de Jésus dans le fonctionnement de l’institution et sa façon d’être au monde ». Faire de l’appel de Jésus vers l’autre sa colonne vertébrale. Mais encore faut-il ne pas avoir peur de cet autre, dans sa nouveauté, sa différence et, donc, dans son étrangeté. Ne pas avoir peur non plus de perdre des sécurités, des pouvoirs, des habitudes, un langage, des codes. L’institution est-elle prête à perdre ce qu’elle a été hier pour gagner, demain, une capacité d’être nouvellement dans un monde devenu autre ? Pour inventer une nouvelle manière de « faire » Église ? Et, par là même, de faire sens aux yeux des contemporains qui pensent inévitablement différemment qu’hier, dans une autre culture, les rapports entre les hommes et les femmes ?

Enfin, « écoutez-le ! » c’est « agissez ». Quitter le tombeau (c’était hier) et suivre Jésus sur les chemins du nouveau monde (c’est aujourd’hui). Et prouver ainsi que l’Église croit en ce qu’elle dit (l’amour est possible), et en ce qu’elle croit (en la résurrection). Agir et donc, d’abord, inventer une nouvelle manière d’être au monde. Trouver des mots et des gestes nouveaux pour parler aux femmes et hommes d’aujourd’hui, être compris par eux. Les rejoindre dans ce qui fait leur vie, dans ce que sont leurs nouveaux codes pour un nouveau monde.

« Écoutez-le ! » est un appel radical à une nouvelle conversion, c’est-à-dire à un retour à l’essentiel. Un nouveau commencement ?


Daniel DUIGOU

duigou daniel 20161223.jpg

<< Go back to list