Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

La paroisse de Spechbach le Bas et l'église saint Augustin

L’origine du village n’est pas connue mais remonte probablement à l’époque franque. Spechbach doit son nom au ruisseau baptisé Spechtbach (la rivière aux pics) qui traverse les deux villages portant le même nom et dont l’histoire se confond jusqu’en 1302 où il est question pour la première fois de « Spechbach inferior ». Propriété des comtes de Ferrette, le village fut doté d’un château, élevé un peu à l’écart du village.

La première église de Spechbach est mentionnée dès 1245, elle se trouvait à l’emplacement de l’actuel cimetière et était dédiée à saint  Georges. Encastré dans le mur du cimetière on peut encore suivre son chemin de croix. En 1841 cet édifice trop petit et vétuste fut démoli et le chœur converti en chapelle consacrée à «Maria im Elend ».
Cette chapelle fut remplacée en 1928 par un curieux cénotaphe de style néo-égyptien, chapelle mortuaire, destinée à recevoir les dépouilles des prêtres. En fait, aucune inhumation n’a eu lieu dans la chapelle qui est à présent en mauvais état.

Le 31 décembre 1831 une ordonnance royale autorise la commune à acheter un emplacement au centre du village pour construire une nouvelle église qui sera dédiée à saint Augustin. Les frais d’acquisition sont couverts par la vente de terrains communaux, de l’ancien presbytère et de l’ancienne école et par les dons des habitants. En 1841, la commune commande un jeu d’orgues aux frères Callinet. Restauré par les frères Callinet en 1864, il fut agrandi et transformé en 1932 par Georges Schwenkedel .

L'intérieur de l'église a été entièrement renové en 2008.

En 1854 naît à Spechbach- le-Bas, fils de l’instituteur du village, Jean-Joseph Hirth. Elève au Petit Séminaire de Zillisheim, nommé prêtre missionnaire chez les Pères Blancs en 1878, il sera évêque itinérant et reconnu comme le premier évêque blanc et l’un des grands évangélisateurs d’Afrique équatoriale. Décédé le 06 janvier 1931, il est enterré dans son diocèse africain. Une stèle fut élevée en son honneur au cimetière de Spechbach le Bas et on retrouve son portrait sur le tableau du maître autel et une plaque commémorative sur le mur de l’église.

Le monument aux Morts en face de l’église représente saint Georges, ancien patron de la paroisse, terrassant le dragon.