Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

La paroisse de Saint Bernard et son église

La commune de SAINT BERNARD naît en 1972 de la fusion des communes de BRINIGHOFFEN et de ENSCHINGEN.

BRINIGHOFFEN apparaît en l’an 1192, année où le pape Célestin III confirma au chapitre de Saint Amarin toutes ses possessions, entre autre la « curtis Brunkofen ». Un peu plus tard, en 1216, ce domaine est appelé « Bruonichove », nom qui signifie « ferme d’un nommé Brunic » (brun ou braun). La famille noble de Brinighoffen habitait un château situé sur la rive gauche de la Largue, dont dépendait une chapelle, dédiée à sainte Catherine, qui était située entre le village et le château (elle est encore mentionnée sur un plan cadastral de 1834 – emplacement de la maison n° 2 de la rue du Moulin).

ENSCHINGEN apparaît vers le milieu du XIIe siècle. L’église paroissiale et ses biens avaient fait l’objet d’une donation au prieuré bâlois de saint Alban. L’église devint ainsi la chapelle du prieuré, consacrée à saint Nicolas. Acquise par la commune, elle a servi au culte de 1806 à 1844 (elle figure également sur le plan de 1834 – à l’emplacement de la propriété située 85, rue Principale).

En 1839, les deux communes sont autorisées à acheter des terrains sur le ban d’Enschingen pour servir d’emplacement à l’église, au presbytère et à l’école projetés. Les travaux de construction de l’église et de l’école ne sont finalement adjugés qu’en 1846, ceux du presbytère en 1856.
L’église construite en 1846 est dédiée à saint Bernard de Clervaux. La paroisse est fondée en 1857. Depuis cette époque, les deux villages possèdent donc une réalisation commune, point de rencontre de la population.

Les 21 et 22 juin 1915, l’église, mais également le presbytère et l’école, sont détruits par l’artillerie française. En 1918 il ne reste que quelques murs. Après la guerre, la paroisse est administrée par Spechbach le Bas puis Spechbach le Haut.
En 1920, la baraque qui faisait office d’école est convertie en église et bénie par Mgr RUCH. La construction de l’église actuelle ne démarre que le 23 juin 1925. Le 15 août 1926, on installe 4 nouvelles cloches. L’église est bénie le 18 avril 1927, un lundi de Pâques.

Au fond du chœur, nous trouvons un retable représentant le moine cistercien Bernard de Clervaux en « homme de prière » devant un calvaire. Au plafond de la nef, nous le voyons en « homme d’action » prêchant la 2ème croisade. Les visages des figurants ont été empruntés à des personnes du village. Ainsi, saint Bernard est représenté sous les traits de M. le curé Charles BRUN.
De part et d’autre du Maître-Autel sont placés les patrons secondaires de l’église : sainte Catherine d’Alexandrie et saint Nicolas, évêque de Myre.
Les vitraux du chœur et de la nef portent, en latin, le texte du « Sermon sur la montagne », les Béatitudes, qui sont illustrées par une scène tirée de la bible ou de la vie des saints. A la tribune nous trouvons deux vitraux qui se rapportent au chant : sainte Cécile, vierge et martyre, patronne des choristes et des musiciens et David, roi hébreu à qui on attribue la composition de psaumes.