Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Intentions de prières

Déposez vos intentions de prières...

>> Déposer une prière

Les dernières prières :

Pentecôte - Prière à l'Esprit Saint

SOURCE DE TOUT AMOUR

O Dieu, toi dont l'Amour est la source
de toute paternité et de toute maternité, charnelle et spirituelle,
que ton Esprit créateur renouvelle notre désir
de vivre pour féconder l'avenir,
et d’être des accoucheurs de vie.

Que ton Esprit créateur
soit le courage de tous ceux qui, inlassablement,
dans les douleurs et les joies de l'enfantement,
aident les pauvres, les exclus et les exploités
à "renaître" dans la conscience de leur dignité. (...)

Que ton Esprit créateur
habite chacune de nos relations,
afin que nos regards, nos paroles et nos silences
soient pour les autres sources de croissance,
et fassent de nos rencontres des "visitations" où renaissent l'amour et l'espérance.

Que ton Esprit créateur
fasse de nous d'humbles collaborateurs
de l'immense enfantement spirituel
des cieux nouveaux et de la Terre nouvelle.
Qu'il inspire nos engagements et nos prières

Michel Hubaut

Joyeuses Pâques à toutes et à tous !

RESURRECTION

Réjouissons-nous en ce jour de la Résurrection
Car le Christ, hier accablé de moqueries,
Couronné d’épines, pendu au bois,
aujourd’hui se relève du tombeau.

Réjouissons-nous car le Christ baigne de sa clarté
Ceux que les ténèbres de l’Enfer retenaient captifs.

Réjouissons-nous en ce printemps de la vie,
Car une espérance jaillit
Parmi les affligés du corps et de l’âme.
Réjouissons-nous car le Seigneur est descendu au plus profond

Du coeur des hommes où se tapit l’angoisse ;
Il les a visités, il les a illuminés,
Et tourments, angoisse, enfer sont vaincus,
Engloutis dans l’abîme ouvert au flanc percé du Seigneur,

Réjouissons-nous car il est ressuscité le Christ,
La joie éternelle !

Père Michel Evdokimov

Prière pour la Semaine Sainte

Cher Jésus,

Jadis tu fus condamné ; tu es encore condamné.
Jadis tu portas ta croix ; tu portes encore ta croix.
Jadis tu mourus ; tu meurs encore.
Jadis tu ressuscitas d'entre les morts ;
tu ressuscites encore d'entre les morts.

Je te regarde, et tu ouvres mes yeux
aux façons dont ta passion, ta mort et ta résurrection
se produisent parmi nous chaque jour.
Mais je porte en moi une peur profonde
de regarder le monde qui m'entoure.
Tu me dis :
«N'aie pas peur de regarder, de toucher, de guérir, de réconforter et de consoler.»

J'écoute ta voix. Quand je communie plus profondément aux vies difficiles mais remplies d'espérance de mes soeurs et frères humains, je sais que j'entre encore plus profondément en ton cœur.

Seigneur, ma peur d'ouvrir les yeux devant le monde qui souffre est solidement enracinée dans mon coeur inquiet. Je ne suis pas sûr d'être moi-même véritablement aimé ; je garde donc mes distances avec les vies remplies de peur des autres.

Mais tu me redis :
«N'aie pas peur de me laisser regarder ton coeur blessé, t'embrasser, te guérir, te réconforter et te consoler... parce que je t'aime d'un amour sans frontière et sans condition.»

Merci, Seigneur, de me parler. Je désire tant te laisser guérir mon cœur blessé et pouvoir ainsi aider les personnes qui m’entourent, de près ou de loin.
Je sais, Seigneur, que tu es doux et humble de cœur et que tu nous appelles :
«Venez à moi, vous qui peinez sous le fardeau, je vous donnerai le repos.»

Alors que ta passion, ta mort et ta résurrection se poursuivent dans l'histoire.
Donne-moi l'espérance, le courage et la confiance de laisser ton coeur unir mon coeur à ceux de tous mes frères et soeurs qui souffrent, et devenir ainsi pour nous la source divine d'une vie nouvelle.

Amen.

Henri J.M. Nouwen

A LA VEILLE DU CARÊME

Prends le temps de penser,
Prends le temps de prier,
Prends le temps de vivre,
Voici la source de la force,
Voici la plus grande force sur terre,
C’est la musique de l’âme.

Prends le temps de jouer,
Prends le temps d’aimer et d’être aimé,
Prends le temps de donner,
Voici le secret de la perpétuelle jeunesse,
Voici le privilège donné par Dieu,
Ce jour est trop court pour être égoïste.

Prends le temps de lire,
Prends le temps d’être amical,
Prends le temps de travailler,
Voici la fontaine de sagesse,
Voici la route vers le bonheur,
Voici le prix du succès.

Prends le temps aussi de faire la charité,
C’est la clef du Ciel.

Mère Teresa

Joyeux Noël à toutes et à tous !

C'EST NOËL

Mon Dieu,
depuis le temps que je cherchais ton visage
et que je me demandais à qui tu pouvais ressembler !
Je suis heureux de découvrir cet enfant nouveau-né
couché dans la paille d'une crèche.

Le voilà donc ton visage !
C'est donc toi, ce nouveau-né ?
Tu ressembles à tous les nouveaux-nés,
je ne vois pas la différence.

Pourtant, avant j'avais peur de Toi,
je me sentais toujours pris en faute ;
et maintenant c'est toi, ce petit enfant,
qu'il ne faut pas effrayer...

Avant, j'attendais que tu te penches sur moi
pour venir me tirer de tous mes mauvais pas ;
et maintenant c'est moi qui suis penché sur Toi
comme on se penche sur un petit enfant...

Mon Dieu
en te regardant là, sur la paille,
dans cette nuit d'hiver,
j'ai perdu la peur,
et j'ai trouvé l'amour !

Jean Debruynne

Bonne et heureuse année !

NOUVELLE ANNEE - CREATION

De mon avenir, Seigneur,
je ne suis pas le maître,
ni de mon passé.
L'un reste à mettre au monde
dans les joies et les douleurs de la création,
l'autre est définitivement clos.
Mais l'un et l'autre, Tu les regardes
avec la même tendresse et la même vigilance
que le père et la mère
regardant grandir leur enfant aimé.

De quoi aurais-je crainte ?

Dans l'année qui se lève,
dans la création qui commence,
Toi, Seigneur, Tu restes à mes côtés,
je le crois,
que le jour décline ou que je frôle l'abîme,
que je glisse dans la fosse
ou que je m'épuise à des quêtes sans intérêt,
que je rejoigne mes frères
sur les rudes chantiers du monde
ou que l'amour déroule son caressant soleil
sur mes terres à traverser !

Avec ta grâce qui éveille mon imagination
et soutient ma volonté,
avec les capacités qu'en moi, Tu as déposées,
il me revient à moi, Seigneur,
j'en ai pleine conscience,
de créer 365 jours
illuminés d'amour et de droiture !

Anonyme

Temps de l'Avent

AVENT : LUMIERE DANS NOTRE NUIT

Car elle est puissante la nuit en cet Avent
et ses alliés sont très nombreux :
la violence, la haine, la guerre,
le mépris, l'exclusion, la crise économique...
Quand se lèvera le jour d'un monde fraternel, enfin vivant ?

Il nous faut la Lumière
qui transforme ces nuits en jour
et nous tienne éveillés, debout,
pour apporter la réconciliation,
pour rassasier de pain et d'amour,
pour offrir l'amitié et le respect,
pour allumer dans toutes les nuits du monde,
la lumière de l'espérance.

Il nous faut la Lumière
pour n'être pas condamnés à la nuit.
Il nous faut la Lumière
pour veiller et ne pas se laisser surprendre,
alerter les voisins, lorsque la nuit tente
de se faufiler dans nos vies.
Il nous faut la Lumière pour avancer,
confiants en l'avenir.

Il nous faut la Lumière, dites-vous !
Mais elle est déjà venue !
Elle est avec nous ! Elle s'appelle Jésus Christ.
Elle a brillé en pleine nuit du monde,
du temps et des coeurs.
En naissant, Jésus Christ a enraciné en nous,
la Lumière de Dieu.

A nous de quitter la nuit
et de devenir enfants de Lumière
A nous, de nous laisser réveiller
par les multiples appels de nos frères.
Retrouvons, en nous, les sources cachées de l'Evangile :
c'est la Lumière qui nous empêche de nous endormir.
Urgence. Il faut se lever !

Père Philippe Muller

TOUSSAINT

HYMNE DE TOUSSAINT

Heureux celui qui garde les mains vides,
Et laisse l'or et l'orgueil aux avides :
Un roi grandit dans le pauvre comblé.
Heureux celui qui, face aux violences,
Est lisse tel un roseau sans défense :
Les doux tiendront sur le monde ébranlé.
Heureux celui qui sait le don des larmes,
La grâce amère où la lutte désarme
C'est l'affligé qui sera consolé.
Heureux celui dont le coeur et la tête
Ont faim et soif de justice parfaite :
Il trouvera sous la vigne le blé.
Heureux celui qui saigne mais pardonne
Et rend le bien pour le moral qu'on lui donne.
Devant son juge il parait sans trembler.
Heureux celui qu'épargne toute fange :
Du clair regard où se mirent les anges,
Il verra Dieu sans en être aveuglé.
Heureux celui qui sème la concorde,
Les mots de miel dans les bouches qui mordent :
Un arc en ciel viendra l'auréoler.
Heureux tous ceux que d'autres jugent dignes
Du vieux mépris dont la croix est le signe :
Car du Royaume ils possèdent la clé.

Office des Heures

Prière d'automne

Dieu des quatre saisons
qui rythment la vie de la terre et de l’univers,
Dieu de nos érables
et des feuilles à l’infini coloris,
Dieu de nos automnes
qui chantent la beauté superbe des paysages
avant le fatal dépouillement de demain,
fais-nous participer
au mouvement de ta grâce en nous
et à l’alternance de tes dons.

Donne-nous les mots qu’il te faut,
tes mots,
pour que nous puissions célébrer
convenablement
cette saison de largesse et de tristesse,
de douceur et de violence,
d’abondance et de détachement.

Apprends-nous la vie intérieure
et ses rites.
Garde-nous dans l’espérance
de la saison parfaite
quand nous serons réunis avec ton Fils
pour la moisson des siècles et des siècles.

auteur inconnu

Fête de l'Assomption

NOTRE DAME DES CHEMINS

Notre Dame de chez nous
Notre Dame des chemins
Notre Dame des étés.

Tu es là, ô Marie, notre Mère,
à tous nos moments de vacance,
depuis les premiers bruits de l’aube
jusqu’à la tombée du jour,
par nos avés sans cesse répétés.

Lumière et splendeur de nos soleils,
étoile brillante de nos nuits.
Tu es là, présente
tout au long des routes de l’été,
dans ces lieux saints
qu’on appelle sanctuaires,
lieux de paix et de silence
où la prière se nourrit
de nouvelle confiance.

Quand je sais m’arrêter un moment,
sur les bords du grand fleuve
ou sur la montagne royale,
Tu es là.

Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous maintenant,
en ces maintenants de nos étés.

Gilles Dallaire

Bonnes vacances à toutes et à tous !

SE REPOSER

Jésus, tu nous dis :
« Venez à l’écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. »

Ouf ! Quelle joie !
Notre guide, notre premier de cordée, nous invite au repos…
Le travail est de plus en plus technique.
Les engagements sont de plus en plus prenants.
Nos agendas sont de plus en plus chargés.
Notre idéal est de plus en plus pressant :
Il vaudrait mieux, il faudrait, il faudra bien…
Ouf ! Tu nous invites au repos !

Se re-poser devant soi-même : que deviens-tu ?
Que veux-tu ? Que peux-tu ? Que décides-tu ?

Nous re-poser devant la nature,
Premier livre que tu as écrit avec le Père et le Saint-Esprit.
Par la nature, tu nous dis tant de choses
Sur la vie et les saisons,
Sur la sève et les floraisons,
Sur le soleil et les mûrissements,
Sur le temps des labours et le temps des moissons…

Nous re-poser devant les autres.
Où en sont nos relations ? Où en est notre dialogue ?
Qu’est devenue notre joie d’être ensemble ?

Nous reposer devant Toi, nous re-poser devant Toi, le guide,
Le premier de cordée, le premier des ressuscités…
Merci pour ce repos qui est consolation.
Merci pour ce repos qui renouvelle notre espérance.
Nous t’écoutons nous redire :
« Il en est du règne de Dieu comme d’un homme
qui jette le grain dans son champ :
nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève,
la semence germe et grandit, il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe,
puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le grain le permet,
On y met la faucille, car c’est le temps de la moisson. »

Dieu créateur, Dieu re-créateur,
Sois loué pour ce temps de repos,
Pour ce temps de tourisme et de loisirs.
Aide-nous à devenir tout neufs devant toi
Pour mieux servir ton œuvre de création.

Mgr Marcel Perrier, ancien Evêque de Pamiers (09)

Fête de la Pentecôte

SAINT ESPRIT DE DIEU


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui souffles en rafales
Le grand vent de l’avenir,
Viens nous saisir avec puissance
Et fais de nous des hommes libres.


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui as fait se lever
Les prophètes et les rois,
Les saints de tous les temps,
Viens réveiller notre ardeur.


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui ouvres des brèches dans la fatalité,
Viens nous arracher à la passivité,
Fais-nous acteurs de notre Histoire.


Saint-Esprit de Dieu,
Maître de l’imprévu,
Toi qui souffles où tu veux,
Donne-nous de créer du neuf
Et d’inventer l’impossible.


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui est l’énergie de l’amour
Et la force de la foi,
Donne-nous de demeurer toujours dans
l’Espérance.

Philippe Warnier

Mois de mai, mois de Marie

JE TE SALUE MARIE !

Je te salue, Marie !
Marie, c'est un nom ordinaire.
Un nom tout simple, un nom qu'on chuchote.
Marie, fais ceci ; Marie, fais cela.
Marie toujours servante.
Marie, tellement discrète.
Marie ! Myriam de Galilée !

Je te salue, Marie, pleine de grâce.
Marie fleur et Marie fruit.
Je te salue, Marie, pleine de vie,
pleine de joie, pleine de santé.
Pleine de printemps, pleine d'été, pleine d'automne.
Pleine d'hivers aussi, au pied de la croix de l'agonie.
Marie qui rit à Cana, Marie de la fête.
Marie effondrée au Golgotha,
Marie à la douleur immense.
Je te salue, Marie, pleine d'amour.
Marie des simples et des petits
et Marie priant avec les apôtres.
Je te salue, Marie, pleine de Dieu.

Le Seigneur est avec toi.
Elle est choisie par Dieu,
elle est l'élue de Dieu, l'Eve parfaite.
Mais croyez-vous que c'était facile de porter l'enfant-Dieu
quand les portes étaient closes
et qu'il fallait se contenter d'une mangeoire d'animaux ?
Puis partir avec le nouveau-né, à la hâte, en Egypte ?
Marie inquiète devant son enfant
qui ne rentre pas du pèlerinage.
Avec toi, Marie, le Seigneur nourrit la foi de son peuple.

Tu es bénie entre toutes les femmes.
Oui, bénie entre les femmes des villes et des campagnes,
entre toutes les femmes au puits éloigné,
au four qui ne sera pas chaud,
à la pâte qui ne veut pas monter.
Entre les femmes qui dansent,
qui chantent, sages ou folles.
Marie, tu es bénie entre les jeunes filles,
les mamans, les dames ridées mais ouvertes
à la confiance et à l'espérance.
Simplement entre toutes les femmes.
Une parmi les autres, perdue dans la foule,
tellement unique, tellement à sa place.

Et Jésus, le fruit de ton sein est béni.
Marie tendresse pour le Fils de Dieu.
Les mains qui ont porté le Prince de la Paix sont bénies,
les mains usées par les corvées, le ménage, la lessive.
Les mains jointes pour la prière :
"Mon cœur chante la grandeur du Seigneur.
Dieu est mon Sauveur !
Oui, il a levé les yeux vers sa petite servante.
Il a fait pour moi des choses étonnantes.
Il ne reprend pas sa tendresse,
il a pitié de l'homme pécheur.
Les petites gens, les simples d'esprit et de cœur
sont ses préférés".
Cette prière n'a pu jaillir que du profond du cœur de Marie.

Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous, pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Ton cœur, Marie, est plein de pitié.
Tu es préoccupée avec ceux qui ont des soucis,
heureuse avec ceux qui sont dans la joie.
Tu es toujours là pour intervenir auprès de ton Fils
quand les hommes en ont besoin.
Bénie sois-tu Marie, pour tes "oui" sans frontière
qui montrent les chemins de l'amour,
de la joie, de la liberté.
Apprends-nous à redire ton "oui" dans nos cœurs.

Hubert Spitz

Joyeuses fêtes de Pâques à toutes et à tous !

VIVANT !

Voici le premier jour, le ciel se met en bleu,
Les grands oiseaux de feu sont déjà de retour,
La mort devient naissance, te voilà, le printemps.
Nous aurons tous les temps pour la vie qui commence.
Vivant, vivant !
Sonnez les trompettes du vent !

Tu es vivant, vivant !
Tu as roulé la mort,fait s'ouvrir l'océan.
C'est un nouveau soleil qui déchire la nuit,
Les yeux tout éblouis, nous sortons du tunnel.
Dieu s'est fait passerelle par une croix de bois,
Il nous tire du froid vers une vie nouvelle.

Dessous le toit du ciel, teint blafard d'un matin,
Dans le fond d'un jardin, l'avenir en sommeil,
La mort est sous la pierre, depuis déjà trois jours.
Fin du compte à rebours, le bonheur sort de terre !

Jean Humenry - "Méditation de jour en jour"

tabiamz@yahoo.fr

Seigneur Jésus, toi mon seul refuge,aies pitié de moi

Florence

Temps du Carême

CARÊME

Tu as choisi Seigneur
de venir camper chez nous !
Tu t’es installé dans nos vies
où se trimballent les joies et les peines.

Tu as pris notre chemin,
celui de notre histoire,
avec ses gloires et ses poubelles,
ses réussites et ses échecs,
ses plateaux et ses culs-de-sac.

La voici, mon histoire Seigneur !
Entres-y, fais comme chez vous !
Viens l’habiter avec tout ce que tu es.
Viens y démasquer le mensonge,
viens y vaincre le mal,
viens y faire fleurir le geste gratuit et la joie de l’autre.

Quarante jours pour apprendre à dire oui !
Quarante jours pour t’accueillir dans mon histoire.
Quarante jours comme la bande-annonce de ma vie.
Merci Seigneur pour ce carême.

Georges Madore

Prière pour les enfants prématurés, et les autres, et leurs parents

Seigneur,

Toi qui a convié vers toi les enfants avec bienveillance,
Bénis tous les enfants, dès leur naissance, et protèges-les lorsqu'ils sont arrivés un peu trop et qu'ils sont un peu fragiles, accompagnes-les de ton amour, et fortifies les pour qu'ils vivent !

Seigneur, mets les sous la protection de la Vierge Marie, qui est mère et qui a tant souffert pour Dieu...
Aides les parents à avoir la force, la patience, le courage, de lutter avec toi, Mon Dieu, dans les situations quotidiennes, qu'ils rencontrent avec leur enfant si petit, si fragile. Donnes leur la force de Jésus-Christ qui a tant souffert sur la croix ! Qu'ils vivent dans l'espérance de la vie de leur enfant !

Seigneur, guides les couples qui sont dans l'attente, souvent depuis plusieurs années, d'un enfant, qui viendrait agrandir leur famille. Donnes-leur la chance d'être parents !

Seigneur, par les prières de tous ces parents, pour que leur enfant vive, naisse ou grandisse dans la joie et l'amour, donnes-leur la lumière qui les guide vers toi, et qu'ils viennent au baptême, rejoindre la communauté des chrétiens.

Et puis pour tous les parents dans le monde, qui luttent chaque jour contre la faim, la pauvreté, la guerre, ou les discriminations, écoutes toutes nos prières de parents !

Nous croyons en toi, Seigneur, notre Dieu, en ton fils Jésus-Christ, en la Sainte Vierge Marie, notre mère, prions encore chaque jour...

Angélique Boeglin

Voeux pour la nouvelle année

Je voudrais tant que 2013 soit une année de santé.
Même si je n’attends pas le miracle qui pourrait guérir tous les hommes,
lorsque je verrai deux étoiles se lever dans les yeux d’un malade couché sur son lit d’hôpital,
alors 2013 sera déjà une année de santé.

Je voudrais tant que 2013 soit une année de paix.
Même si les idées des uns s’affronteront toujours aux idées des autres tant qu’ils seront des hommes,
lorsqu’ils arrêteront le combat pour échanger une parole, un regard ou un geste,
alors 2013 sera déjà une année de paix.

Je voudrais tant que 2013 soit une année de justice.
Même si je sais combien il est facile de pousser le faible sur le côté pour tracer son propre chemin,
lorsque l’exclu viendra prendre sa place à mes côtés et faire route avec moi,
alors 2013 sera déjà une année de justice.

Je voudrais tant que 2013 soit une année de liberté.
Même si je sais qu’il me faudra tant de courage pour la vivre,
lorsque mon envie deviendra irrésistible et me poussera là où je ne m’étais jamais aventuré,
alors 2013 sera déjà une année de liberté.


Je voudrais tant que 2013 soit une année d’espérance.
Même si trop souvent j’abandonne mon chemin car il est trop raide, trop long ou trop sinueux,
lorsque je me surprendrai à rêver de la beauté du paysage qui ne se dévoile qu’en haut du sommet,
alors 2013 sera déjà une année d’espérance.


Je voudrais tant que 2013 soit une année de bonheur.
Même si je n’oublie pas tous les fardeaux qui m’ont fait courber le dos,
lorsqu’on reconnaîtra sur mes lèvres le sourire simple d’un enfant,
alors 2013 sera déjà une année de bonheur.

Vanessa et Björn DESMET

Joyeux Noël à tous et à toutes !

NOEL, UN BEBE

Noël, ce n’est pas un bout de plâtre posé sur de la paille,
Ni une décoration de maison posée sur un meuble jusqu’à la mi-janvier,
Une espèce de truc immobile qu’on va chercher au grenier et qu’on remet après.

Non.

Noël, c’est un véritable enfant,
Que Dieu nous donne et qu’il nous confie.
Un enfant fragile, faible,
Tout ce qu’il y a de plus petit,
Dieu ne cherche pas la puissance mais rejoint nos fragilités,
Dieu cherche la Présence.

Un enfant dépendant,
Dépendant de son Père et dépendant de nous
Qui ne peut se nourrir seul
Et ne demande qu’à se nourrir de nos vies,
Qui a besoin de nos bras pour le porter.

Un enfant souriant,
Qui attire les regards,
Qui cherche nos visages, nos encouragements,
Qui nous détourne de notre ennui,
Nous oblige à nous occuper de Lui,
Qui prend une grande place dans nos vies.
Oui, Dieu cherche nos visages.

Un enfant qui pleure, crie,
Surtout quand il a mal ou faim,
Qui a mal de nos maux,
Faim d’amour et de complicité,
De prières.

Si nous passons du plâtre à Toi, l’enfant vivant
Si nous passons de l’indifférence à Toi, le bébé attachant,
Si nous passons du simple regard au soin délicat,
Si nous savons nous occuper de Toi,
Comme des nourrices attentionnées,
Si nous savons Te regarder comme un demandeur d’Amour,
Noël sera un Noël vraiment lumineux,
Qui nous comblera.

Dieu nous confie un bébé, une Eglise, notre Foi,
Dieu nous confie Dieu.

« Voici le Dieu qui me sauve :
j'ai confiance, je n'ai plus de crainte.
Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ;
il est pour moi le salut". Isaïe 12

Anonyme

Bientôt la rentrée !

PRIERE POUR UNE RENTREE

Notre Dieu,
Donne-nous d’être assez fous pour oser croire,
et assez sages pour chercher à comprendre.
Chasse de nous l’hésitation et la paresse.
Combat en nous la suffisance et l’orgueil.
Fais que nous Te préférions à nous-mêmes,
et que nous aimions grâce à toi.

À nous qui sommes les pierres vivantes de Ton Église, donne :
courage et gaieté, patience et passion, batailles et retrouvailles.
Donne-nous surtout d’être faibles à Ta manière dans l’amour,
et forts à Ta manière dans la foi.

À nos églises, donne le plaisir d’être des églises appelées des quatre coins, envoyées aux quatre coins ;
assez simples pour que quiconque s’y découvre ;
assez libres pour que quiconque s’y exprime ;
assez vives pour que personne ne s’y ennuie.

À notre monde, donne une justice sans oppression ;
une liberté sans omissions ; une paix sans mensonges.

Car tu es un Dieu parfait, c’est-à-dire un Dieu qui fait lever le soleil sur les méchants et sur les bons ;
tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
Que notre perfection soit à l’image de la tienne :
généreuse et prodigue, appliquée et vivifiante.

Donne-nous de grandir, nous qui sommes toujours des enfants.
Donne-nous de rajeunir, nous qui sommes toujours des vieillards.
Donne-nous de marcher, nous qui sommes toujours des boiteux.
Donne-nous Ton repos, quand monte notre fatigue.
Amen !

André Dumas