Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Intentions de prières

Déposez vos intentions de prières...

>> Déposer une prière

Les dernières prières :

Joyeux Noël à toutes et à tous !

FAIT-IL NOEL ?

Fait-il Noël dans le coeur du monde ?
Fait-il Noël dans le coeur
des malades, des vieillards,
des orphelins, des veuves ?

Fait-il Noël dans le coeur des chômeurs,
des déshérités, des abandonnés, des prisonniers ?
Fait-il Noël dans le coeur des torturés, des exilés,
des réfugiés, des handicapés, des mal-aimés ?

Noël...
c'est un sourire à la personne souffrante,
c'est une main tendue à celle qui tombe,
c'est une bourse ouverte à celle qui crève...

Noël...
c'est quand tu partages ton toit avec le sans-logis,
c'est quand tu offres ta table à l'affamé,
c'est quand tu donnes ton manteau au pauvre...

Noël...
c'est une larme essuyée aux yeux d'un enfant,
c'est ta main dans la main de l'aveugle égaré,
c'est ton baiser à la vieille du foyer...

Il fait Noël dans le coeur des gens
chaque fois que la contrainte se transforme en liberté,
que le pouvoir se fait service,
que l'arrogance devient humilité...

chaque fois
que la tendresse accompagne l'amour,
que la douceur colore le dévouement,
que l'amabilité tient la main du service...

chaque fois
que la paix remplace la guerre,
que la gratuité détrône la rentabilité,
que la joie l'emporte sur la tristesse...

Tu fais Noël
si tu ouvres tes yeux pour contempler,
tes mains pour donner,
ton coeur pour aimer...

si tu partages ton pain avec plus pauvre que toi,
ton temps avec plus occupé que toi,
ton sourire avec plus triste que toi...

si tu peux donner ton pardon,
semer la joie, soulager une misère...

Je rêve d'un Noël tout blanc !
d'un Noël tout joyeux !
d'un Noël tout partagé !

Jules Beaulac

Temps de l'Avent

COURONNE DE L'AVENT

Pour soulever le sombre manteau de l'obscurité
qui, parfois, recouvre le monde
et même le coeur des hommes,
Seigneur,
et qui empêche de te voir,
Je vais préparer 4 bougies.
Je les poserai aux 4 coins de la terre
pour tout éclairer :
au nord, au sud, à l'est et à l'ouest,
en haut, en bas, à gauche et à droite.
Ainsi les habitants de la terre
pourront te voir et t'accueillir.

La première bougie
sera la LUMIERE DE MON SOURIRE
offert à tous, chaque jour,
comme un cadeau,
car toi, Seigneur, tu viens
pour la joie de tous.

La deuxième bougie
sera la LUMIERE DE MA PRIERE
tournée vers toi, chaque jour,
comme un regard,
car toi, Seigneur, tu parles
à chacun dans le secret du coeur.

La troisième bougie
sera la LUMIERE DE MON PARDON
accordé à tous, chaque jour,
comme une main tendue
car toi, Seigneur, tu laves
toutes les offenses des hommes.

La quatrième bougie
sera la LUMIERE DE MA DOUCEUR
distribuée à tous, chaque jour,
comme du bon pain,
car toi, Seigneur,
tu donnes à chacun ton amour.

Pour te montrer Seigneur,
comme je t'attends,
je vais préparer mes 4 bougies,
je les allumerai une à une
au long des 4 semaines de l'Avent.

Quand Noël viendra
dans les maisons et les coeurs,
elles brilleront dans la nuit.
Ce sera ma COURONNE DE LUMIERE
préparée pour toi, Seigneur,
le Prince de la paix.

Charles Singer

Bonne fête de la Toussaint !

BONNE FÊTE !

Bonne fête ! vous qui ne vous êtes jamais considérés meilleurs que les autres, mais qui avez demandé à Dieu de vous rendre chaque jour un peu meilleurs.Vous étiez pauvres.

Bonne fête ! vous qui avez offert vos mains vides de violence, et vos coeurs pleins d'amour.Vous étiez doux.

Bonne fête ! vous qui, aux jours les plus sombres, avez cru que demain serait un jour ensoleillé.Vous pleuriez, mais vous espériez.

Bonne fête ! vous qui ne vous êtes jamais résignés devant l'injustice. Vous étiez des affamés et des assoiffés de justice.

Bonne fête ! vous qui ne cherchiez pas à oublier, mais qui avez pardonné. Vous étiez miséricordieux.

Bonne fête ! vous qui, à temps et à contre temps, recherchiez la cohérence et la clarté. Vous étiez purs.

Bonne fête ! vous qui saviez être pacifiés et pacifiants. Vous étiez des artisans de paix.

Bonne fête ! vous qui ne rougissiez pas d'être chrétiens et qui osiez rendre compte de votre foi. Vous étiez persécutés au nom du Christ.

Oui, vous les avez reconnus, ceux à qui vous avez envie de souhaiter "bonne fête" : votre papa, votre maman, vos grands parents, votre conjoint, votre enfant, votre ami(e), ceux et celles qui ont essayé de vivre les Béatitudes.

Si seulement un jour à nous aussi d'autres pouvaient souhaiter : "bonne fête !" à l'occasion de la Toussaint !

Gérard Naslin

Prière pour l'Assomption

A MARIE

Aujourd’hui,
notre regard doit s’élever
vers le ciel de toutes nos espérances.

Marie, notre sœur Marie,
fille de notre terre,
est élevée dans la gloire
parce qu’elle est aussi
la mère de notre Dieu.

Marie est la première
à pouvoir placer ses pas
dans les pas de son fils...
...jusqu’au bout du voyage.

Nos chemins, eux aussi,
conduisent à la gloire.
Nous ne le voyons pas,
mais Marie nous le dit
par son Assomption.

Toi, Notre-Dame,
consolide en nos cœurs
la foi et l’espérance
et remplis-nous de cet amour
qui vaincra toute mort
le jour de notre propre assomption.

Anonyme

« Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement »

Ce cœur de la Trinité, il bat pour nous dans la petite tente, le tabernacle,
où il demeure caché si mystérieusement dans ce rond de blancheur pétri de fin silence.
C’est ton trône royal sur la terre, Seigneur, un trône bien visible que tu bâtis pour nous.
Avec joie tu me vois m’en approcher tout près.
Tu plonges plein d’amour ton regard dans le mien et tu prêtes l’oreille à mon faible murmure.
Tu remplis de ta paix le tréfonds de mon cœur.
Et pourtant ton amour ne peut se contenter de cet échange-là qui nous tient séparés,
le désir de ton Cœur réclame plus encore.
Tu viens en nourriture chaque matin pour moi, et ton Corps et ton Sang me sont vin et repas.
Prodigieuse merveille que tu accomplis là !
Ton Corps dans ce mystère vient pénétrer le mien et ton âme elle aussi vient s’unir à la mienne.
Je ne suis plus alors ce que j’étais avant. Tu viens et tu t’en vas ;
mais reste la semence que tu jetas en terre pour la gloire à venir (Mc 4,26; Jn 12,24),
semence ensevelie dans ce corps de poussière.
En l’âme, seul demeure comme un éclat des cieux ; et tout au fond des yeux subsiste une lueur,
et un frémissement dans le son de la voix.
Mais le lien demeure qui relie cœur à cœur, flot jaillissant de vie qui jaillit de ton Cœur
et qui donne la vie à chacun de tes membres (1Co 12,27).
Qu’elles sont merveilleuses tes merveilles d’amour !
Et notre admiration nous conduit au silence
car viennent à défaillir nos esprits et nos mots.

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), carmélite, martyre, co-patronne de l'Europe Poésie « Je demeure parmi vous », 1938 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 329s)

Pentecôte - Prière à l'Esprit Saint

SOURCE DE TOUT AMOUR

O Dieu, toi dont l'Amour est la source
de toute paternité et de toute maternité, charnelle et spirituelle,
que ton Esprit créateur renouvelle notre désir
de vivre pour féconder l'avenir,
et d’être des accoucheurs de vie.

Que ton Esprit créateur
soit le courage de tous ceux qui, inlassablement,
dans les douleurs et les joies de l'enfantement,
aident les pauvres, les exclus et les exploités
à "renaître" dans la conscience de leur dignité. (...)

Que ton Esprit créateur
habite chacune de nos relations,
afin que nos regards, nos paroles et nos silences
soient pour les autres sources de croissance,
et fassent de nos rencontres des "visitations" où renaissent l'amour et l'espérance.

Que ton Esprit créateur
fasse de nous d'humbles collaborateurs
de l'immense enfantement spirituel
des cieux nouveaux et de la Terre nouvelle.
Qu'il inspire nos engagements et nos prières

Michel Hubaut

Joyeuses Pâques à toutes et à tous !

RESURRECTION

Réjouissons-nous en ce jour de la Résurrection
Car le Christ, hier accablé de moqueries,
Couronné d’épines, pendu au bois,
aujourd’hui se relève du tombeau.

Réjouissons-nous car le Christ baigne de sa clarté
Ceux que les ténèbres de l’Enfer retenaient captifs.

Réjouissons-nous en ce printemps de la vie,
Car une espérance jaillit
Parmi les affligés du corps et de l’âme.
Réjouissons-nous car le Seigneur est descendu au plus profond

Du coeur des hommes où se tapit l’angoisse ;
Il les a visités, il les a illuminés,
Et tourments, angoisse, enfer sont vaincus,
Engloutis dans l’abîme ouvert au flanc percé du Seigneur,

Réjouissons-nous car il est ressuscité le Christ,
La joie éternelle !

Père Michel Evdokimov

Prière pour la Semaine Sainte

Cher Jésus,

Jadis tu fus condamné ; tu es encore condamné.
Jadis tu portas ta croix ; tu portes encore ta croix.
Jadis tu mourus ; tu meurs encore.
Jadis tu ressuscitas d'entre les morts ;
tu ressuscites encore d'entre les morts.

Je te regarde, et tu ouvres mes yeux
aux façons dont ta passion, ta mort et ta résurrection
se produisent parmi nous chaque jour.
Mais je porte en moi une peur profonde
de regarder le monde qui m'entoure.
Tu me dis :
«N'aie pas peur de regarder, de toucher, de guérir, de réconforter et de consoler.»

J'écoute ta voix. Quand je communie plus profondément aux vies difficiles mais remplies d'espérance de mes soeurs et frères humains, je sais que j'entre encore plus profondément en ton cœur.

Seigneur, ma peur d'ouvrir les yeux devant le monde qui souffre est solidement enracinée dans mon coeur inquiet. Je ne suis pas sûr d'être moi-même véritablement aimé ; je garde donc mes distances avec les vies remplies de peur des autres.

Mais tu me redis :
«N'aie pas peur de me laisser regarder ton coeur blessé, t'embrasser, te guérir, te réconforter et te consoler... parce que je t'aime d'un amour sans frontière et sans condition.»

Merci, Seigneur, de me parler. Je désire tant te laisser guérir mon cœur blessé et pouvoir ainsi aider les personnes qui m’entourent, de près ou de loin.
Je sais, Seigneur, que tu es doux et humble de cœur et que tu nous appelles :
«Venez à moi, vous qui peinez sous le fardeau, je vous donnerai le repos.»

Alors que ta passion, ta mort et ta résurrection se poursuivent dans l'histoire.
Donne-moi l'espérance, le courage et la confiance de laisser ton coeur unir mon coeur à ceux de tous mes frères et soeurs qui souffrent, et devenir ainsi pour nous la source divine d'une vie nouvelle.

Amen.

Henri J.M. Nouwen

A LA VEILLE DU CARÊME

Prends le temps de penser,
Prends le temps de prier,
Prends le temps de vivre,
Voici la source de la force,
Voici la plus grande force sur terre,
C’est la musique de l’âme.

Prends le temps de jouer,
Prends le temps d’aimer et d’être aimé,
Prends le temps de donner,
Voici le secret de la perpétuelle jeunesse,
Voici le privilège donné par Dieu,
Ce jour est trop court pour être égoïste.

Prends le temps de lire,
Prends le temps d’être amical,
Prends le temps de travailler,
Voici la fontaine de sagesse,
Voici la route vers le bonheur,
Voici le prix du succès.

Prends le temps aussi de faire la charité,
C’est la clef du Ciel.

Mère Teresa

Joyeux Noël à toutes et à tous !

C'EST NOËL

Mon Dieu,
depuis le temps que je cherchais ton visage
et que je me demandais à qui tu pouvais ressembler !
Je suis heureux de découvrir cet enfant nouveau-né
couché dans la paille d'une crèche.

Le voilà donc ton visage !
C'est donc toi, ce nouveau-né ?
Tu ressembles à tous les nouveaux-nés,
je ne vois pas la différence.

Pourtant, avant j'avais peur de Toi,
je me sentais toujours pris en faute ;
et maintenant c'est toi, ce petit enfant,
qu'il ne faut pas effrayer...

Avant, j'attendais que tu te penches sur moi
pour venir me tirer de tous mes mauvais pas ;
et maintenant c'est moi qui suis penché sur Toi
comme on se penche sur un petit enfant...

Mon Dieu
en te regardant là, sur la paille,
dans cette nuit d'hiver,
j'ai perdu la peur,
et j'ai trouvé l'amour !

Jean Debruynne

Bonne et heureuse année !

NOUVELLE ANNEE - CREATION

De mon avenir, Seigneur,
je ne suis pas le maître,
ni de mon passé.
L'un reste à mettre au monde
dans les joies et les douleurs de la création,
l'autre est définitivement clos.
Mais l'un et l'autre, Tu les regardes
avec la même tendresse et la même vigilance
que le père et la mère
regardant grandir leur enfant aimé.

De quoi aurais-je crainte ?

Dans l'année qui se lève,
dans la création qui commence,
Toi, Seigneur, Tu restes à mes côtés,
je le crois,
que le jour décline ou que je frôle l'abîme,
que je glisse dans la fosse
ou que je m'épuise à des quêtes sans intérêt,
que je rejoigne mes frères
sur les rudes chantiers du monde
ou que l'amour déroule son caressant soleil
sur mes terres à traverser !

Avec ta grâce qui éveille mon imagination
et soutient ma volonté,
avec les capacités qu'en moi, Tu as déposées,
il me revient à moi, Seigneur,
j'en ai pleine conscience,
de créer 365 jours
illuminés d'amour et de droiture !

Anonyme

Temps de l'Avent

AVENT : LUMIERE DANS NOTRE NUIT

Car elle est puissante la nuit en cet Avent
et ses alliés sont très nombreux :
la violence, la haine, la guerre,
le mépris, l'exclusion, la crise économique...
Quand se lèvera le jour d'un monde fraternel, enfin vivant ?

Il nous faut la Lumière
qui transforme ces nuits en jour
et nous tienne éveillés, debout,
pour apporter la réconciliation,
pour rassasier de pain et d'amour,
pour offrir l'amitié et le respect,
pour allumer dans toutes les nuits du monde,
la lumière de l'espérance.

Il nous faut la Lumière
pour n'être pas condamnés à la nuit.
Il nous faut la Lumière
pour veiller et ne pas se laisser surprendre,
alerter les voisins, lorsque la nuit tente
de se faufiler dans nos vies.
Il nous faut la Lumière pour avancer,
confiants en l'avenir.

Il nous faut la Lumière, dites-vous !
Mais elle est déjà venue !
Elle est avec nous ! Elle s'appelle Jésus Christ.
Elle a brillé en pleine nuit du monde,
du temps et des coeurs.
En naissant, Jésus Christ a enraciné en nous,
la Lumière de Dieu.

A nous de quitter la nuit
et de devenir enfants de Lumière
A nous, de nous laisser réveiller
par les multiples appels de nos frères.
Retrouvons, en nous, les sources cachées de l'Evangile :
c'est la Lumière qui nous empêche de nous endormir.
Urgence. Il faut se lever !

Père Philippe Muller

TOUSSAINT

HYMNE DE TOUSSAINT

Heureux celui qui garde les mains vides,
Et laisse l'or et l'orgueil aux avides :
Un roi grandit dans le pauvre comblé.
Heureux celui qui, face aux violences,
Est lisse tel un roseau sans défense :
Les doux tiendront sur le monde ébranlé.
Heureux celui qui sait le don des larmes,
La grâce amère où la lutte désarme
C'est l'affligé qui sera consolé.
Heureux celui dont le coeur et la tête
Ont faim et soif de justice parfaite :
Il trouvera sous la vigne le blé.
Heureux celui qui saigne mais pardonne
Et rend le bien pour le moral qu'on lui donne.
Devant son juge il parait sans trembler.
Heureux celui qu'épargne toute fange :
Du clair regard où se mirent les anges,
Il verra Dieu sans en être aveuglé.
Heureux celui qui sème la concorde,
Les mots de miel dans les bouches qui mordent :
Un arc en ciel viendra l'auréoler.
Heureux tous ceux que d'autres jugent dignes
Du vieux mépris dont la croix est le signe :
Car du Royaume ils possèdent la clé.

Office des Heures

Prière d'automne

Dieu des quatre saisons
qui rythment la vie de la terre et de l’univers,
Dieu de nos érables
et des feuilles à l’infini coloris,
Dieu de nos automnes
qui chantent la beauté superbe des paysages
avant le fatal dépouillement de demain,
fais-nous participer
au mouvement de ta grâce en nous
et à l’alternance de tes dons.

Donne-nous les mots qu’il te faut,
tes mots,
pour que nous puissions célébrer
convenablement
cette saison de largesse et de tristesse,
de douceur et de violence,
d’abondance et de détachement.

Apprends-nous la vie intérieure
et ses rites.
Garde-nous dans l’espérance
de la saison parfaite
quand nous serons réunis avec ton Fils
pour la moisson des siècles et des siècles.

auteur inconnu

Fête de l'Assomption

NOTRE DAME DES CHEMINS

Notre Dame de chez nous
Notre Dame des chemins
Notre Dame des étés.

Tu es là, ô Marie, notre Mère,
à tous nos moments de vacance,
depuis les premiers bruits de l’aube
jusqu’à la tombée du jour,
par nos avés sans cesse répétés.

Lumière et splendeur de nos soleils,
étoile brillante de nos nuits.
Tu es là, présente
tout au long des routes de l’été,
dans ces lieux saints
qu’on appelle sanctuaires,
lieux de paix et de silence
où la prière se nourrit
de nouvelle confiance.

Quand je sais m’arrêter un moment,
sur les bords du grand fleuve
ou sur la montagne royale,
Tu es là.

Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous maintenant,
en ces maintenants de nos étés.

Gilles Dallaire

Bonnes vacances à toutes et à tous !

SE REPOSER

Jésus, tu nous dis :
« Venez à l’écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. »

Ouf ! Quelle joie !
Notre guide, notre premier de cordée, nous invite au repos…
Le travail est de plus en plus technique.
Les engagements sont de plus en plus prenants.
Nos agendas sont de plus en plus chargés.
Notre idéal est de plus en plus pressant :
Il vaudrait mieux, il faudrait, il faudra bien…
Ouf ! Tu nous invites au repos !

Se re-poser devant soi-même : que deviens-tu ?
Que veux-tu ? Que peux-tu ? Que décides-tu ?

Nous re-poser devant la nature,
Premier livre que tu as écrit avec le Père et le Saint-Esprit.
Par la nature, tu nous dis tant de choses
Sur la vie et les saisons,
Sur la sève et les floraisons,
Sur le soleil et les mûrissements,
Sur le temps des labours et le temps des moissons…

Nous re-poser devant les autres.
Où en sont nos relations ? Où en est notre dialogue ?
Qu’est devenue notre joie d’être ensemble ?

Nous reposer devant Toi, nous re-poser devant Toi, le guide,
Le premier de cordée, le premier des ressuscités…
Merci pour ce repos qui est consolation.
Merci pour ce repos qui renouvelle notre espérance.
Nous t’écoutons nous redire :
« Il en est du règne de Dieu comme d’un homme
qui jette le grain dans son champ :
nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève,
la semence germe et grandit, il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe,
puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le grain le permet,
On y met la faucille, car c’est le temps de la moisson. »

Dieu créateur, Dieu re-créateur,
Sois loué pour ce temps de repos,
Pour ce temps de tourisme et de loisirs.
Aide-nous à devenir tout neufs devant toi
Pour mieux servir ton œuvre de création.

Mgr Marcel Perrier, ancien Evêque de Pamiers (09)

Fête de la Pentecôte

SAINT ESPRIT DE DIEU


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui souffles en rafales
Le grand vent de l’avenir,
Viens nous saisir avec puissance
Et fais de nous des hommes libres.


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui as fait se lever
Les prophètes et les rois,
Les saints de tous les temps,
Viens réveiller notre ardeur.


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui ouvres des brèches dans la fatalité,
Viens nous arracher à la passivité,
Fais-nous acteurs de notre Histoire.


Saint-Esprit de Dieu,
Maître de l’imprévu,
Toi qui souffles où tu veux,
Donne-nous de créer du neuf
Et d’inventer l’impossible.


Saint-Esprit de Dieu,
Toi qui est l’énergie de l’amour
Et la force de la foi,
Donne-nous de demeurer toujours dans
l’Espérance.

Philippe Warnier

Mois de mai, mois de Marie

JE TE SALUE MARIE !

Je te salue, Marie !
Marie, c'est un nom ordinaire.
Un nom tout simple, un nom qu'on chuchote.
Marie, fais ceci ; Marie, fais cela.
Marie toujours servante.
Marie, tellement discrète.
Marie ! Myriam de Galilée !

Je te salue, Marie, pleine de grâce.
Marie fleur et Marie fruit.
Je te salue, Marie, pleine de vie,
pleine de joie, pleine de santé.
Pleine de printemps, pleine d'été, pleine d'automne.
Pleine d'hivers aussi, au pied de la croix de l'agonie.
Marie qui rit à Cana, Marie de la fête.
Marie effondrée au Golgotha,
Marie à la douleur immense.
Je te salue, Marie, pleine d'amour.
Marie des simples et des petits
et Marie priant avec les apôtres.
Je te salue, Marie, pleine de Dieu.

Le Seigneur est avec toi.
Elle est choisie par Dieu,
elle est l'élue de Dieu, l'Eve parfaite.
Mais croyez-vous que c'était facile de porter l'enfant-Dieu
quand les portes étaient closes
et qu'il fallait se contenter d'une mangeoire d'animaux ?
Puis partir avec le nouveau-né, à la hâte, en Egypte ?
Marie inquiète devant son enfant
qui ne rentre pas du pèlerinage.
Avec toi, Marie, le Seigneur nourrit la foi de son peuple.

Tu es bénie entre toutes les femmes.
Oui, bénie entre les femmes des villes et des campagnes,
entre toutes les femmes au puits éloigné,
au four qui ne sera pas chaud,
à la pâte qui ne veut pas monter.
Entre les femmes qui dansent,
qui chantent, sages ou folles.
Marie, tu es bénie entre les jeunes filles,
les mamans, les dames ridées mais ouvertes
à la confiance et à l'espérance.
Simplement entre toutes les femmes.
Une parmi les autres, perdue dans la foule,
tellement unique, tellement à sa place.

Et Jésus, le fruit de ton sein est béni.
Marie tendresse pour le Fils de Dieu.
Les mains qui ont porté le Prince de la Paix sont bénies,
les mains usées par les corvées, le ménage, la lessive.
Les mains jointes pour la prière :
"Mon cœur chante la grandeur du Seigneur.
Dieu est mon Sauveur !
Oui, il a levé les yeux vers sa petite servante.
Il a fait pour moi des choses étonnantes.
Il ne reprend pas sa tendresse,
il a pitié de l'homme pécheur.
Les petites gens, les simples d'esprit et de cœur
sont ses préférés".
Cette prière n'a pu jaillir que du profond du cœur de Marie.

Sainte Marie, Mère de Dieu,
prie pour nous, pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Ton cœur, Marie, est plein de pitié.
Tu es préoccupée avec ceux qui ont des soucis,
heureuse avec ceux qui sont dans la joie.
Tu es toujours là pour intervenir auprès de ton Fils
quand les hommes en ont besoin.
Bénie sois-tu Marie, pour tes "oui" sans frontière
qui montrent les chemins de l'amour,
de la joie, de la liberté.
Apprends-nous à redire ton "oui" dans nos cœurs.

Hubert Spitz

Joyeuses fêtes de Pâques à toutes et à tous !

VIVANT !

Voici le premier jour, le ciel se met en bleu,
Les grands oiseaux de feu sont déjà de retour,
La mort devient naissance, te voilà, le printemps.
Nous aurons tous les temps pour la vie qui commence.
Vivant, vivant !
Sonnez les trompettes du vent !

Tu es vivant, vivant !
Tu as roulé la mort,fait s'ouvrir l'océan.
C'est un nouveau soleil qui déchire la nuit,
Les yeux tout éblouis, nous sortons du tunnel.
Dieu s'est fait passerelle par une croix de bois,
Il nous tire du froid vers une vie nouvelle.

Dessous le toit du ciel, teint blafard d'un matin,
Dans le fond d'un jardin, l'avenir en sommeil,
La mort est sous la pierre, depuis déjà trois jours.
Fin du compte à rebours, le bonheur sort de terre !

Jean Humenry - "Méditation de jour en jour"

tabiamz@yahoo.fr

Seigneur Jésus, toi mon seul refuge,aies pitié de moi

Florence